Face à l’épidémie de COVID19, l’utilisation quasi systématique de gel hydroalcoolique est entrée dans notre quotidien. Il est donc important d’apporter un éclairage sur les produits dits « biocides ».

On considère un produit comme étant biocide, lorsque son principe d’action vise à détruire, repousser ou rendre inoffensif des organismes jugés comme nuisibles. Parmi ces produits on retrouve notamment les produits désinfectants pour l’hygiène humaine ou animale, la désinfection des surfaces, mais également les produits de lutte contre les nuisibles (répulsifs), les pesticides, les produits de protection des matériaux, les conservateurs, …

Ces produits sont classés en 4 groupes :

  • Groupe 1 – Désinfectants
  • Groupe 2 – Produits de protection
  • Groupe 3 – Produits antiparasitaires
  • Groupe 4 – Autres produit biocides

Le règlement européen UE528/2012 vise à harmoniser la fabrication, les procédures de vérification et de tests de ces produits et à en encadrer les conditions d’utilisation. Les produits respectant ces conditions peuvent alors bénéficier d’une autorisation de mise sur le marché.

Différentes normes permettent d’identifier l’action du produit biocide :

Action Exemples d’organismes Général  

(Champ d’action le plus large)

Médical/Hospitalier/Vétérinaire Industries/Collectivités/Grand public
Bactéricide Escherichia coli

Streptocoque

Salmonelle, …

EN 1040 EN 13727 / 1499 / 1500 / 12791 / 14561 / 1656 / 14349 / 14348 / 14563 / 14204 EN 1276 / 13697
Virucide Adénovirus

Coronavirus

Herpès

Grippe, …

EN14476 EN14476 / 14675 13610
Fongicide Champignons

Levures

Moisissures, …

EN1275 EN 13624 / 14562 / 1657 1650 / 13697

Pour chacune des normes existantes, il y a :

  • un temps de contact du produit avec la surface/la matière
  • un protocole de test à respecter (température ambiante, conditions de saleté/propreté par exemple)
  • une liste bien définie de micro-organismes à combattre

En ce qui concerne les gels hydroalcooliques, l’ANSES et la DGCCRF recommandent un taux d’alcool compris entre 60% et 70% (éthanol, propane-1-ol ou n-propanol, propane-2-ol ou isopropanol). En deça de ce seuil, son efficacité est remise en cause et le produit est plutôt considéré comme « cosmétique » (c’est-à-dire qu’il aura un pouvoir d’action relativement faible face aux virus, bactéries, …).

On reconnaît un gel hydroalcoolique biocide grâce à plusieurs indices et mentions, comme des pictogrammes de danger, des mentions de danger, le nom de l’alcool employé et sa concentration.

De plus, l’étiquette doit comporter à minima les mentions suivantes : le nom de la solution, sa composition, le nom du fabricant, la date de fabrication et le numéro de lot. Quelques indications destinées aux usagers peuvent s’y ajouter : conditions de conservation, d’utilisation et mesures de précaution.

étiquette gel hydroalcoolique

Concernant les gels hydroalcooliques (et autre produits virucides), la norme la plus importante est la EN14476. Elle indique que le produit est actif sur les virus nus et enveloppés. C’est donc la norme qui a le plus grand spectre d’action (COVID-19, PRV, BVDV, Herpes virus, Rotavirus, Coronavirus, Influenza virus A HxNy, Vaccinia virus, HIV-1, Norovirus). Par ailleurs, cette norme s’applique entre autres, aux produits destinés à être utilisés en milieu médical et hospitalier, là où les exigences sont les plus fortes. La mention « Conforme aux recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé relatives à la lutte contre la propagation des virus covid-19 » est également tolérée sur l’étiquetage des produits, si et seulement si, le fabricant en respecte les exigences et contraintes, dans son process de fabrication.

Cependant, il est également important de préciser qu’un gel hydroalcoolique peut ne peut être EN14476. Dans ce cas, son champ d’action en sera un peu plus réduit (il ne combattra pas autant de virus, bactéries, …).

Par ailleurs, afin qu’un gel hydroalcoolique soit efficace, il est nécessaire de se frictionner les mains pendant au moins 30 secondes. Il faut donc une quantité suffisante de produit.

Enfin, la consistance et l’odeur du produit utilisé, ne sont en rien un gage de qualité du produit.

IMPORTANT : dans tous les cas, les produits biocides doivent être utilisés avec précautions. Il faut toujours lire l’étiquette du produit et l’utiliser dans les conditions d’usage recommandées.

warning-sign

Sources :

https://www.anses.fr/fr/content/l%C3%A9valuation-des-produits-biocides-comment-%C3%A7a-marche

https://www.anses.fr/fr/content/gels-et-solutions-hydroalcooliques-les-recommandations-pour-s%E2%80%99assurer-de-leur-efficacit%C3%A9

https://www.boutique.afnor.org/fr-fr/norme/nf-en-14476-a2/antiseptiques-et-desinfectants-chimiques-essai-quantitatif-de-suspension-po/fa197568/1828

https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/gel-hydroalcoolique-gel-pour-les-mains-quelle-difference

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/comment-reconnaitre-le-gel-hydroalcoolique-efficace-contre-le-coronavirus_2126339.html

https://www.quechoisir.org/actualite-gel-hydroalcoolique-comment-bien-le-choisir-n81411/